Rechercher
  • abeillearlesienne1

L’Abeille arlésienne fait découvrir les fondamentaux de l’apiculture PAR EMMANUEL · 27 MARS 2017

Dernière mise à jour : 24 déc. 2020

Après Mouriès en 2011, l’association, « L’Abeille arlésienne », qui a vu le jour en 1908 et qui compte, aujourd’hui, 180 adhérents, vient, en mars, d’installer un nouveau rucher-école dans le Parc de la Poudrerie.

« Nous venons de signer une convention avec la Poudrerie et le Conservatoire du littoral grâce, notamment, à la détermination d’Olivier Julien, le président du syndicat intercommunal de l’ancienne poudrerie, le Sianpou. Nos adhérents qui commencent dans l’apiculture, viendront, ici, six fois dans l’année, pour apprendre les bases : faire des essaims, des divisions, apprendre le greffage ou encore, la mise en hivernage, etc. Ensuite, ils repartiront appliquer ces conseils chez eux et feront leur propre miel » explique Jean-Claude Cot, le président de l’Abeille arlésienne, heureux d’être dans un environnement aussi favorable, en communion avec la nature 


« Ici, c’est sain, on n’a pas à craindre les insecticides, qui font d’énormes dégâts sur toutes nos ruches. Le temps comme l’environnement ont un impact sur la production du miel. Certaines années, j’ai pu récolter plus de 60 kg de miel par ruche ! La pollinisation peut être aussi une plus-value pour les exploitations agricoles à proximité, des études ont démontré qu’elle pouvait augmenter de 20 % à 30 % le rendement des cultures pollinisées » développe le président de l’association apicole, tout en installant quatre ruches avec l’aide de Mireille, Bernard et Jean, des adhérents miramasséens référents, qui s’occuperont, dans l’année, du rucher-école.

Ces derniers partageront leurs expériences avec les nouveaux adhérents et leur apprendront la sécurité et les règles à respecter pour réussir à tenir une ruche chez eux. « J’avais toujours dit qu’à la retraite, j’installerais une ruche au fond de mon jardin, et tout compte fait, j’en ai, déjà, trois. Cela demande du temps, c’est pour cela que je n’en ai pas eu avant, mais c’est une vraie passion. L’organisation à l’intérieur d’une ruche est, de toute façon, passionnante, on pourrait en parler pendant des heures » conclut Mireille.

Les inscriptions aux sessions pour l’année 2017 sont closes, mais pour ceux qui sont intéressés et qui souhaitent plus de renseignements, « l’Abeille arlésienne » sera présente à Miramas le dimanche 16 avril à l’occasion de la manifestation « Nature en fête », qui se déroulera en centre-ville.

Source : La Provence


36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout